👁 Cornée: Comment choisir un topographe ?

 

SEMINAIRE AOP

 

C’est avec grand plaisir que nous participons au Webinaire des AOP ACADEMY prévu ce jeudi 8 octobre 2020 de 20h30 à 21h30.

Le webinaire sera organisé à distance via Zoom et diffusé en Live sur leur plateforme d’e-learning AOP Academy.

Il s’agit d’une session scientifique, l’objectif est d’apporter aux médecins une mise à jour claire sur les caractéristiques des topographes disponibles sur le marché à ce jour.

 

Register now 👉https://www.aopcongress.com/en/academy/webinar/cornea-how-to-choose-a-topographer

Comparaison de 4 microscopes spéculaires …

… sur des patients aux yeux sains et des patients atteint de Cornea Guttata ou ayant bénéficiés de greffes cornéennes.

 

 

Luft, Nikolaus MD; Hirnschall, Nino MD, PhD; Schuschitz, Sandra MSc; Draschl, Petra MD; Findl, Oliver MD, MBA

Cornea: April 2015 – Volume 34 – Issue 4 – p 381-386

doi: 10.1097/ICO.0000000000000385

 

 

Objectif :

Le but de cette étude était de comparer 4 microscopes spéculaires sans contact pour l’évaluation de l’endothélium cornéen dans un échantillon de yeux hétérogène.

 

Méthodes :

Cette étude prospective a inclus 22 yeux sains, 16 yeux atteints de Cornea Guttata et 31 yeux ayant subi une kératoplastie pénétrante ou une kératoplastie endothéliale automatisée par stripping Descemet (DSAEK). Les paramètres concernant les cellules endothéliales cornéennes de tous les yeux ont été évalués avec le CellChek XL (Konan Medical, Hyogo, Japon), Perseus (CSO, Florence, Italie), EM-3000 (Tomey, Nagoya, Japon) et CEM-530 (Nidek Co , Ltd, Gamagori, Japon) dans un ordre aléatoire. Le test de Bland-Altman pour la comparaison des méthodes de mesure entre les appareils ont été réalisés. Le temps nécessaire pour la saisie des données, la numérisation et l’analyse automatique des images a été enregistré et la répétabilité de l’instrument a été analysée.

 

Résultats :

L’âge moyen était de 61 ± 19 ans (extrêmes: 24–88 ans). Le taux de réussite de la mesure était de 100% dans les cornées saines, variait entre 64,5% et 93,5% dans les yeux avec greffes cornéennes, et entre 0% et 18,8% dans les yeux avec cornea guttata. L’analyse comparative des paramètres des cellules endothéliales a révélé des différences significatives dans la lecture de la densité des cellules endothéliales dans la population totale de l’étude et dans les sous-groupes (P <0,01).

 

Conclusions :

Le CEM-530 et le Perseus étaient extrêmement rapides. Ils ont montré des mesures hautement reproductibles et sont recommandables à des fins de dépistage. L’appareil CellChek XL était plus lent, mais de nombreuses options de post-traitement et une base de données exportable rendent cet instrument adapté aux cornées en périls et à des fins de recherche. L’appareil EM-3000 peut être considéré comme un juste milieu entre les appareils rapides et le CellChek XL. Il est livré avec un logiciel de comptage de cellules automatisé fiable. Cependant, une interprétation soigneuse des résultats d’un logiciel d’analyse d’image automatisée est obligatoire.

Be connected in the coming days !!!

Ce n’est pas parce que les congrès en présentiel sont reportés que nous allons moins communiquer, alors RDV :

 

🎬 Ce Vendredi pour le  » CSO SHOW CASE «  !!
A l’occasion de la sortie du Tome 3 de l’Atlas du MS-39.
( une copie numérique sera envoyé à tous les participants inscrits )

🎬 Et dans 15 Jours pour le Séminaire en ligne des AOP !!
Ou nos experts vous expliqueront comment choisir un, sous forme de conférences animés .

👩‍💻 ONLINE SOON 👨‍💻

COBRA, une caméra rétinienne non-mydriatique…

La nouvelle génération de caméra de fond d’œil COBRA de la marque CSO comprend toutes les fonctions nécessaires pour un contrôle rapide de l’état de la rétine. Les caméras utilisent un système optique innovant permettant d’obtenir des images de haute qualité du fond d’œil sans nécessité d’instillation de collyres mydriatiques.  Avec sa conception ergonomique, le système Cobra fournit une image claire et détaillée du fond d’œil et peut obtenir des images même lors d’un faible diamètre d’ouverture de pupille (2,5 mm). L’acquisition rapide et détaillée utilise une exposition minimale au flash afin de minimiser l’inconfort pour le patient. La mesure est réalisée grâce à une caméra CCD haute résolution de 5 mégapixels ainsi qu’un éclairage infra-rouge pour l’alignement. La connexion USB entre l’appareil et le PC permet un transfert rapide et facile des images dans le logiciel de gestion Phoenix pour analyse et examen. Il est également possible d’activer une connexion DICOM pour transférer des images.

La technologie Cobra se décline sous deux appareils différents, le COBRA + ainsi que le COBRA HD.

Ces deux systèmes permettent l’affichage simultané des images ayant des longueur d’onde différente (image d’origine, image infrarouge, image avec filtre rouge, ainsi que l’image choroïdienne, vasculaire et nerveuse. Ceci afin de mettre en valeur différents détails de la rétine.

La mesure du ratio Cup/Disc est facilement réalisée à l’aide des outils de mesure intégrés disponibles dans le Phoenix pour la détection de la maladie glaucomateuse.

L’image du fond d’œil rétinien fournie par la technologie COBRA peut être combinée avec le test ERG multifocal, réalisé avec le dispositif RETIMAX. Ce nouveau module fournit une indication précise de la fonctionnalité de chaque zone rétinienne analysée ; il est très utile pour le diagnostic et le suivi de la dégénérescence maculaire ainsi que des maladies rétiniennes héréditaires dégénératives.

L’outil AVR mesure la relation entre le diamètre des branches artério-veineux. Une faible relation entre la dimension des vaisseaux peut être prédictive de problèmes cardiovasculaires chez les patients adultes.

Ces deux systèmes, ayant un champ de vision ainsi qu’une résolution identique, montre une différence majeure lors de la fonction mosaïque. En effet, le COBRA + possède 9 points de fixation intégrés permettant de capturer plusieurs images qui peuvent ensuite être combinées pour créer une image panoramique de la rétine. Pour le COBRA HD, le point de fixation patient est à faire varier manuellement afin d’obtenir cette image panoramique.

 Images Mosaïques faites à partir du COBRA HD et du COBRA +.

Ce dernier (COBRA HD) comprend un module supplémentaire pour l’analyse des glandes de Meibomius (MGD). En utilisant le logiciel Phoenix, la structure et la santé des glandes peuvent être analysées.

PACK-CXL : Cross-linking cornéen pour le traitement de la kératite infectieuse.

 

Tabibian D, Richoz O, Hafezi F. PACK-CXL : Corneal cross-linking for treatment of infectious keratitis. J Ophthalmic Vis Res 2015 ;10 :77-80. https://www.emagine-eye.com/wp-content/uploads/2019/07/PACK-CXL-review-2015.pdf

Cet article discute au sujet du cross-linking cornéen (CXL) et de la manière dont cette technique est passée d’une méthode de traitement des troubles cornéens ectatiques à un procédé innovant permettant de traiter la kératite infectieuse. Au départ, la CXL a été développée avec succès afin de stopper la progression des maladies ectatiques telles que le kératocône, en utilisant le protocole standard de Dresde.

Plus tard, les indications ont été étendues au traitement des ectasies iatrogènes se développant après une kératomileusis in situ assistée par laser (LASIK) et une kératectomie photo-réfractive (PRK). À l’époque, il avait été avancé que la combinaison de la lumière ultraviolette avec la riboflavine pouvait non seulement renforcer bio mécaniquement la cornée, mais aussi détruire les cellules et organismes vivants, y compris les kératocytes et les agents pathogènes.

Ainsi, un concept nouveau et innovant de traitement de la kératite infectieuse a vu le jour grâce à l’utilisation de la technologie CXL. Au départ, seuls les ulcères de fusion infectieux avancés résistant à la thérapie antimicrobienne standard étaient traités avec la CXL en plus de la thérapie standard. Dans des études ultérieures, la CXL a également été utilisée pour traiter la kératite bactérienne en tant que thérapie de première ligne sans recourir à une thérapie antibiotique simultanée.

Avec l’intérêt croissant pour la technologie CXL pour traiter les kératites infectieuses et afin de séparer clairement son utilisation du traitement des désordres ectatiques, un nouveau terme a été adopté lors du 9ème congrès CXL à Dublin pour cette indication spécifique : PACK-CXL (photoactivated chromophore for infectious keratitis).

Le PACK-CXL a le potentiel de devenir à terme une alternative intéressante à l’antibiothérapie standard dans le traitement des troubles cornéens infectieux, et pourrait contribuer à réduire le fardeau mondial de la résistance microbienne aux antibiotiques et autres agents thérapeutiques.

Méibographie de l’appareil Sirius

Outil d’imagerie fiable et sans contact pour l’évaluation de la fonction des glandes meibomiennes :

Méibographie de l’appareil Sirius

Gulmez Sevim, Duygu M.D., F.I.C.O., F.E.B.O.; Gumus, Koray M.D., F.E.B.O.; Unlu, Metin M.D., F.I.C.O., F.E.B.O. Reliable, Noncontact Imaging Tool for the Evaluation of Meibomian Gland Function: Sirius Meibography, Eye & Contact Lens: Science & Clinical Practice: March 2020 – Volume 46 – Issue – p S135-S140 doi: 10.1097/ICL.0000000000000651

 

Objectifs :
Étudier la corrélation entre le classement clinique de la gravité du dysfonctionnement des glandes meibomiennes (MGD) et la perte de surface des glandes meibomiennes (MGA) détectée à l’aide de la méibographie du Sirius dans les paupières supérieures et inférieures ainsi que de corréler ces paramètres avec les signes et symptômes de sécheresse oculaire.

Méthodes :
Cent trente yeux de 130 patients volontaires ont été examinés. Le dysfonctionnement des glandes de Meibomius a été décrit comme la présence de signes d’obstruction du canal de la glande et gradé de 1 à 4. Les pourcentages de perte de surface meibomienne des paupières supérieurs et inférieurs ont été évalués par deux examinateurs anonymes à l’aide de la méibographie du Sirius. Les patients ont été classés en deux groupes (positifs et négatifs pour le MGD) sur la base de leurs scores à l’indice de maladie de surface oculaire (OSDI) (≥15 et <14, respectivement) et de leurs grades de MGD (≥1 et 0, respectivement).

Résultats :
Le pourcentage de perte et les résultats du test de surface oculaire du groupe des MGD positifs étaient supérieurs à ceux du groupe MGD négatif dans les deux paupières (P=0,001). Le degré de dysfonctionnement des glandes de Meibomius ainsi que la perte de surface meibomienne pour la paupière inférieure étaient supérieurs à ceux des paupières supérieures (P=0,002 et P<0,001, respectivement). Le score OSDI, le temps de rupture du film lacrymal et la coloration au vert de lissamine étaient tous significativement corrélés avec le grade de MGD et la perte de surface meibimienne dans les deux paupières (P<0,001). Pour les mesures moyennes du pourcentage de perte de surface dans chaque scan, la valeur intraclasse correspondante était de 0,994 (intervalle de confiance [IC] à 95% : 0,992-0,995) pour le l’examinateur 1 et de 0,988 (IC à 95% : 0,982-0,992) pour l’examinateur 2.

Conclusions :
Nos résultats suggèrent que la meibographie du Sirius, un appareil d’imagerie sans contact, est un outil fiable pour évaluer la structure des chez les patients atteints ou non de MGD de différents âges et sans distinction de sexe.

 

L’efficacité, la sensibilité et la spécificité de la méniscométrie en bandelette …

L’efficacité, la sensibilité et la spécificité de la méniscométrie en bandelette en conjonction avec d’autres tests de sècheresse oculaire dans l’évaluation du ménisque de larmes.

sama M. A. Ibrahim; Murat Dogru; Samantha K. Ward; Yukihiro Matsumoto; Tais Hitomi Wakamatsu; Katsushi Ishida; Atsushi Tsuyama; Takashi Kojima; Jun Shimazaki; Kazuo Tsubota

Investigative Ophthalmology & Visual Science April 2011, Vol.52, 2194-2198. doi: https://doi.org/10.1167/iovs.10-5986

Objectif:
Évaluer la spécificité et la sensibilité des tests de méniscométrie en bandelette (SM Tube) conjointement avec les tests de la fonction lacrymale dans le diagnostic de la sécheresse oculaire et étudier l’effet du SM Tube sur la déchirure réflexe.

Méthode:
Cent sept yeux gauches de 107 patients atteints d’une sècheresse oculaire définie selon les critères de diagnostiques japonais et 68 yeux gauches de 68 sujets témoins classés selon l’âge et le sexe ont été étudiés. Des mesures de la hauteur du ménisque lacrymal (HML), du temps de rupture du film lacrymal à la fluorescéine (FTBUT), de coloration à la fluorescéine et au rose Bengale, ainsi que le test 1 de Schirmer ont également été effectués. L’évaluation de la déchirure réflexe avant et après l’application du SM Tube a été évaluée avec une échelle de réticule à la lampe à fente et par tomographie à cohérence optique. La sensibilité et la spécificité du SM Tube seul et en combinaison avec des tests de fonction de larme ont également été recherchées.

Résultats:
Les scores du SM Tube, les mesures HML, les FTBUT et les résultats du Schirmer étaient significativement plus faibles chez les patients souffrant de sécheresse oculaire que chez les témoins (P <0,001). Les scores de coloration à la fluorescéine et au rose de Bengale étaient significativement plus élevés dans le groupe de yeux secs que dans le groupe contrôle (P <0,001). Le SM Tube n’a pas induit de modifications significatives par rapport à la déchirure réflexe. Le SM Tube avait une sensibilité et une spécificité acceptables.

Conclusions:
Le SM Tube est une méthode prometteuse, rapide et non invasive pour évaluer le volume du ménisque lacrymal. L’examen combiné SM Tube et FTBUT semble être une approche sensible à l’évaluation de la sécheresse oculaire.

 

Efficacité de la méniscométrie en bandelette pour le diagnostic du syndrome de l’œil sec

Objectif
Évaluer l’efficacité du test de méniscométrie en bandelettes pour le syndrome d’œil sec (DED) en mesurant la corrélation entre la méniscométrie en bandelette et les mesures issues de tests conventionnelles.

Méthodes
Tous les sujets ont été examinés en utilisant le test de Schirmer, le temps de rupture du film lacrymal (TBUT) et la méniscométrie en bandelette en utilisant le SM Tube (Echo Electricity Co., Ltd., Fukushima, Japon). La hauteur du ménisque lacrymal (HML), la profondeur du ménisque lacrymal (PML) ainsi que la zone du ménisque lacrymal (ZML) ont été mesurées à l’aide d’une tomographie à cohérence optique dans le domaine de Fourier. Le groupe DED (n = 46 yeux) a été comparé au groupe normal (n = 30 yeux) et la corrélation a été évaluée à l’aide du coefficient de corrélation de Spearman.

Résultats
La mesure prise à l’aide du SM Tube est significativement corrélée au score du Schirmer Test (r = 0,6080, p <0,01), du TBUT (r = 0,5980, p <0,01), de la HML (r = 0,6210, p <0,01), de la PML (r = 0,6080, p <0,01 ) et de la ZML (r = 0,6370, p <0,01). La méniscométrie en bandelette est significativement plus faible dans le groupe DED (4,58 ± 1,94 mm) que dans le groupe de yeux normaux (7,07 ± 2,61 mm, p <0,05).

Conclusions
Le SM Tube est significativement corrélé avec d’autres mesures de tests conventionnelles pour la détection du syndrome de l’œil sec. La méniscométrie en bandelette prend moins de temps et est une méthode moins invasive que le test de Schirmer. Le SM Tube pourrait être un outil efficace pour évaluer les patients atteints du syndrome de l’œil sec en milieu clinique.

Moon Kyoung Kim, MD,1 Yong Woo Ji, MD,1,2 Hyung Keun Lee, MD, PhD,1,2 Kyoung Yul Seo, MD, PhD,1 Eung Kweon Kim, MD, PhD,1,2 and Tae-im Kim, MD, PhD 1,2
Received July 07, 2016; Revised August 02, 2016; Accepted September 20, 2016

🖱 SM Tube

Dégénérescence marginale pellucide (PMD)

La dégénérescence marginale pellucide est une ectasie cornéenne rare caractérisée par un amincissement cornéen périphérique et progressif. Habituellement, elle affecte la partie inférieure de la cornée, bien que dans de rares cas, elle puisse également affecter la partie supérieure. La dégénérescence marginale pellucide survient généralement au cours de la troisième et de la quatrième décennie de la vie. Elle est dans la plupart des cas bilatérale et asymétrique, créant une augmentation de l’astigmatisme inverse cornéen.
Du point de vue topographique, elle apparaît généralement comme une zone plus courbée en forme semi-lunaire de façon bilatérale associée à un amincissement local, généralement de 120 ° à 330 ° et à 1 mm du limbe. Elle diffère du kératocône tant par sa localisation que par l’absence d’anneaux de Fleischer et de stries de Vogt (figure 1).

 

Figure 1. Coupe cornéenne à 122 °, montrant un amincissement significatif dans la partie inférieur (61 µm contre 571 µm pour la cornée centrale). La zone limbique est préservée. L’épithélium ne semble pas être affecté dans la zone ectasique.

 

Figure 2. La coupe cornéenne à 180 ° apparaît comme normale tant en forme qu’en épaisseur.

 

Figure 3. Épaisseur épithéliale, pachymétrie cornéenne et rayons de courbures antérieures tangentielles. L’épaisseur épithéliale se situe dans les limites normales malgré la diminution significative de la pachymétrie et l’accentuation notable des rayons de courbures. La carte tangentielle montre le modèle typique de « croissant » ou de « pince à crabe » significatif d’une PMD.

 

ANTONIO MORENO, M.D.
Clinica Oftalmologica Antonio Moreno – Malaga, Spain