Dégénérescence nodulaire de Salzmann

La dégénérescence nodulaire de Salzmann est une maladie à progression lente dans laquelle des nodules élevés gris-blanc à bleuâtre mesurant 1 à 3 mm sont vus en avant de la membrane de Bowman, généralement bilatéralement et situés près du limbe ou dans la cornée périphérique (figure 1).

Ces nodules se composent d’une zone fibreuse située entre l’épithélium cornéen qui est aminci et la couche de Bowman qui est alors fragmentée ou absente (figure 2), en plus de fibrilles de collagène désorganisées en dessous de l’épithélium.

La cause et le mécanisme pathogénique sont tous deux mystérieux, à tel point que beaucoup pensent que ce n’est pas une seule entité 72 à 88% des cas surviennent chez les femmes. De nombreux yeux atteints de cette dégénérescence sont asymptomatiques.

Habituellement, il n’y a pas de perturbations jusqu’aux stades avancés de la maladie, lorsque des érosions cornéennes récurrentes surviennent accompagnées d’une inflammation oculaire conséquente, d’une photophobie, de blépharospasmes, de larmoiements et d’une diminution de l’acuité visuelle.

Aucune résolution spontanée n’a été signalée à ce jour. Le traitement peut être médical ou chirurgical selon le tableau clinique.

La prise en charge médicale inclut généralement une lubrification oculaire, un collyre stéroïdien, des compresses chaudes et une bonne hygiène des paupières.
L’utilisation de stéroïdes doit être strictement contrôlée.

La prise en charge chirurgicale est prise en compte en cas de sévères inconfort oculaire ou d’acuité visuelle réduite due à un astigmatisme irrégulier.

La kératectomie superficielle, parfois associée à la PTK, est efficace dans 90% des cas. Dans 10 à 15% des cas, des récidives oculaires peuvent survenir après plusieurs années.

Dégénérescence nodulaire de Salzmann : vue à la lampe à fente.
Image d’une coupe de 16mm de large montrant la localisation exacte des nodules cornéens

 

Les scans haute résolution fournis par le MS-39 permettent de détecter l’emplacement exact des nodules, localisés entre l’épithélium cornéen aminci et la membrane de Bowman.

ANDREA BEDEI, M.D.
Study Oculistici – Lucca, Italy

Share:

Des questions ?

N’hésitez pas à nous contacter. Un conseiller vous répond du lundi au samedi de 8h00 à 18h00.

Prendre contact