Ectasie Post-opératoire * Diagnostic et identification de la procédure chirurgicale initiale *

Une femme de 30 ans s’est présentée au cabinet pour se plaindre d’une baisse progressive de la vision de façon binoculaire qui a débuté au cours de l’année. Elle a déclaré qu’il y a environ 10 ans, elle avait subi une PRK bilatérale afin de corriger environ 6 D de myopie. Elle a ensuite affirmé avoir eu une bonne vision jusqu’à il y a un an. Elle a également déclaré avoir accouché de son premier enfant il y a un an. Son acuité visuelle corrigée en vision de loin était de 3/10 à l’œil droit avec + 2,50 (-6,00) à 75° et de 7/10 faible à l’œil gauche avec + 1,50 (-3,00) à 90°.

L’évaluation à la lampe à fente n’a révélé aucun volet cornéen de LASIK. Sa tomographie bilatérale réalisée à l’aide du MS-39 peut être vue dans l’image 1.

Mon Hexamap personnalisé comprend l’image capturée avec le reflet des disques Placidos qui assurent que la mesure est dégagée et centrée, puis évalue la position du centre de la mesure par rapport au centre de la cornée, la carte épithéliale, la kératometrie antérieure, la kératometrie postérieure, la carte de pachymétrie ainsi que la carte d’élévation postérieure en fonction d’une BSF (Best Fit Sphere).

En plus du cône ectatique vu sur les cartes de courbure et d’élévation, on peut également apprécier l’amincissement épithélial présent à l’endroit du cône sur les deux yeux ainsi que la zone d’épaississement diamétralement opposée à celle-ci.

 

Image 1 : Hexamaps de l’œil droit (A) et de l’œil gauche (B), montrant une ectasie bilatérale, avec un amincissement épithélial sur le cône et un épaississement diamétralement opposé.

 

Cependant, en regardant l’OCT cornéen, on peut remarquer la structure bilaminaire de la couche de Bowman, ce qui suggère que cette dernière n’a pas été enlevée (Image 2). En regardant de plus près à la périphérie (Image 3), on voit le bord méniscal du capot cornéen (découpe faite au microkératome).

De toute évidence, la patiente était mal informée du traitement qu’elle avait subi 10 ans auparavant. De plus, lors de l’examen à la lampe à fente, il peut parfois être difficile d’identifier un capot découpé par un microkératome dix ans plus tard.

La technologie de l’OCT ultra-haute résolution MS-39 s’est révélée d’une importance primordiale pour élucider les antécédents et l’évolution de la maladie de ce patient.

 

Image 2 : Coupe OCT de la cornée montrant la structure bilaminaire de la couche de Bowman. Sa présence indique qu’aucune ablation de surface n’a été réalisée sur la cornée.
Image 3 : Coupe OCT de la cornée montrant le bord de ce qui semble être un capot cornéen méniscal, par opposition à un capot plan, indiquant ainsi que le LASIK a été réalisé à l’aide d’un microkératome.

 

L’examen de la structure de la couche de Bowman peut aider à différencier un historique de LASIK et de PRK, dans le cas ou le capot cornéen d’un LASIK n’est pas identifiable à l’examen et à l’OCT.

 

Share:

Des questions ?

N’hésitez pas à nous contacter. Un conseiller vous répond du lundi au samedi de 8h00 à 18h00.

Prendre contact