L’OCT Spectral Domaine MS-39, un outil de choix pour la détection et le suivi de kératocônes

 Morphologie Cornéenne lors d’un kératocône avancé

Le kératocône avancé peut souvent être associé à des opacités stromales antérieures, nécessitant une interprétation clinique pour assurer une prise en charge chirurgicale correcte lorsque l’intervention est indiquée. Les cicatrices du stroma central peuvent être d’origine et de morphologie différentes dans les kératocônes sévères. L’examen à la lampe à fente et la topographie de la surface antérieure ne sont pas toujours complets pour déterminer les modifications structurelles dans de tels cas.

  1. Kératocône central avancé avec cicatrices stromale
Image de la lampe à fente et représentation topographique d’un kératocône central.

 

Sur cette image 1, un kératocône avancé avec une cicatrice du stroma central est présenté. Sur le côté gauche, l’image de la lampe à fente est affichée. Sur le côté droit, la carte topographique tangentielle de la surface de la cornée antérieure montre une zone centrale hyperprolate « en forme de mamelon » correspondant au cône et au stroma cicatriciel.

KC avancé.

 

Dans un tel cas de kératocône avancé avec cicatrice du stroma central, l’OCT haute résolution du segment antérieur et la carte épithéliale de la cornée sont représentés : sur l’image 2, le segment antérieur à gauche montre un leucome hyperplasique stromal dense avec un gonflement antérieur de la cornée. À droite, la carte épithéliale indique les irrégularités épithéliales marquées et l’amincissement au centre du cône et des zones cicatricielles.

 

KC avancé après chirurgie cross-linking et PTK.

 

L’image 3 montre le kératocône après cross-linking cornéen (CXL) suivie d’un laser excimer PTK de la cicatrice du stroma central, la section de gauche montre l’image OCT du segment antérieur. L’image met en évidence l’inversion du profil du stroma antérieur, avec récupération de la transparence du stroma. À droite, la carte épithéliale illustre l’épaississement et la régularisation épithéliales.

2.  Kératocône avancé avec cicatrice diffuse du stroma central

Dans la majorité des cas, la survenue d’une opacification du stroma antérieur dans le kératocône ne modifie ; de manière significative ; ni le profil du stroma, ni la distribution épithéliale sur la zone opaque. Généralement, la courbure antérieure de la cornée est partiellement affectée par ces changements morphologiques.

KC avancé.

 

L’image 4 présente un cas avancé de kératocône avec une cicatrice du stroma central et une rupture de la membrane. L’image de la lampe à fente est affichée à gauche. A droite, la carte tangentielle de la surface cornéenne antérieure montre une zone ectatique évidente avec une courbure extrêmement élevée dans la région du cône.

KC avancé : Section OCT et mapping épithélial.

 

Sur l’image 5, à gauche, l’OCT de segment antérieur montre une dépression stromale évidente avec un amincissement et une inversion de la courbure du stroma antérieur. La forme hyper-prolate de la surface antérieure est due à l’épaississement épithélial extrêmement marqué qui se produit sur la région stromale dépressive, comme le montre l’image de droite (carte épithéliale). Dans ce cas, seul une DALK serait indiquée. L’analyse AS-OCT d’un profil de carte épithéliale (Image 5 – côté droit), corrélée à la topographie, indique clairement que la courbure cornéenne antérieure est maintenue par l’hyperplasie épithéliale qui survient au-dessus de la zone cicatricielle stromale dépressive.

 

3. Remodelage cornéen lors d’un kératocône avancé avec ajout d’une lenticule stromale

En guise d’alternative à la kératoplastie antérieure pénétrante profonde (DALK) ou à la kératoplastie pénétrante (PK), la possibilité d’utiliser une implantation de tissu intrastromale a été proposée.

En particulier, la procédure de kératoplastie par addition d’implant stromale (SLAK) s’est révélée cliniquement efficace chez les patients atteints de kératocône central en améliorant la forme de la cornée, en augmentant l’acuité visuelle et en réduisant l’astigmatisme. L’ajout d’un implant négatif en forme de ménisque, peut induire un aplatissement du cône et une augmentation de l’épaisseur de la cornée (Image 6).

Image 6 : Kératocône central avancé avec cornée centrale transparente. A gauche : image de la lampe à fente. A droite : segment antérieur haute résolution OCT.
Image 7 : KC post SLAK

 

Même cas que l’image précédente après la procédure SLAK, réalisée à l’aide de la technologie laser femtoseconde. À gauche : photo d’une lampe à fente avec transillumination illustre le profil de l’implant intrastromale (Image 7).

 

L’OCT haute résolution du segment antérieur dans le même cas montre le profil négatif du ménisque de l’implant intégré dans le stroma, remodelant ainsi la morphologie cornéenne dans la zone ectatique.

Un AS-OCT à haute résolution, tel que le MS-39, est un outil utile pour comprendre la relation entre la courbure cornéenne antérieure, la morphologie et l’épaisseur du stroma et enfin l’hyperplasie épithéliale lors d’un kératocône avancé. La prise en charge clinique mettant particulièrement l’accent sur les décisions chirurgicales peut être facilitée par une compréhension plus complète lors de tels cas complexes.

 

Share:

Des questions ?

N’hésitez pas à nous contacter. Un conseiller vous répond du lundi au samedi de 8h00 à 18h00.

Prendre contact