MS-39 : L’utilisation de L’OCT Spectral Domain dans le diagnostic des Greffes Endothéliales

DMEK (Descemet Membrane Endothelial Keratoplasty) ou greffe endothéliale pure :

La greffe endothéliale pure est devenue le traitement chirurgical par excellence des maladies endothéliales de la cornée afin de restaurer la transparence de la cornée et donc la fonction visuelle. Un greffon est composé de deux couches seulement (la membrane de Descemet et l’endothélium), de sorte que le tissu du donneur a une épaisseur inférieure à 20 microns. Cette épaisseur extrêmement faible rend le greffon à peine visible à la lampe à fente lors des contrôles postopératoires.

Un AS-OCT de segment antérieur à haute résolution est un bon outil pour contrôler la bonne adhérence, l’orientation et la santé du tissu implanté.

DMEK Standard :

Après une greffe réussie, le greffon est difficilement identifiable, bien qu’au cours des premiers jours qui suivent l’opération, les décollements soient généralement limités à l’extrême périphérie de la greffe, où l’on peut encore voir le DMEK

 

DMEK réussi où le greffon ne peut pas être facilement identifiée. L’œdème cornéen est résolu.

  • Détachements mineurs du greffon :

 

Au début de la période postopératoire après une DMEK, des décollements périphériques limités sont fréquents et ne nécessitent aucune intervention, car ils se résolvent généralement spontanément .

 

Détachement limité de la DMEK ne nécessitant pas d’intervention supplémentaire. La bonne orientation de la greffe est confirmée par la tendance de la courbure de la zone détachée qui est orientée vers le haut.

 

  • Détachements importants du greffon :

Un détachement dit important implique plus du tiers de la greffe, une nouvelle injection d’air ou de gaz dans la chambre antérieure est alors nécessaire pour améliorer l’adhérence du greffon.

 

 

Détachement de greffe après un échec de kératoplastie pénétrante due à une déhiscence progressive dans la jonction hôte/greffon.

Une descemetorrhexis (DM) hôte inadéquate avant l’implantation du greffon laissera des restes du DM de l’hôte qui gêneront l’adhérence du tissu du donneur, induisant des décollements qui ne répondront guère aux nouvelles injections d’air dans la chambre antérieure. Ces restes de DM de l’hôte  peuvent être identifiés avec la résolution d’image AS-OCT .

 

Restes de DM de l’hôte induisant un détachement important du greffon.

  • Greffe à l’envers :

Si le tissu du donneur est implanté à l’envers (côté endothélial vers le haut), la clairance du stroma cornéen du receveur ne s’améliorera pas et des décollements importants seront généralement identifiés la où le tissu détaché se courbe anormalement vers le bas (pendant qu’un détachement dans une greffe correctement positionnée se courberont vers le haut).

 

 

Greffon DMEK renversé présentant un large décollement qui se courbe vers le bas avec un œdème cornéen persistant.

  • DMEK sous une DMEK :

La DMEK peut également être utilisée pour restaurer la transparence cornéenne après l’échec d’une première DMEK sans avoir à retirer le premier greffon (dans le cas où il était auparavant normal, sur le plan anatomique et fonctionnel). Grâce à la haute résolution du MS-39, les anciennes et les nouvelles greffes DMEK peuvent être différenciées .

 

 

Chevauchement des bords des deux greffons. œdème stromal complètement résolu. 

 

 

Apparence clinique du chevauchement des bords des greffons. Résolution complète de la transparence de la cornée.

 

 

Les deux greffons se réfléchissent de façons différentes lors de l’image OCT et peuvent donc être identifiés.

  • DMEK sous kératoplasties pénétrantes :

 

Actuellement, la transparence des kératoplasties pénétrantes ayant échouées peut être restaurée avec une DMEK, ce qui permet une récupération visuelle plus rapide et la restauration de la fonction visuelle pré-défaillante, évitant ainsi tous les inconvénients potentiels d’une nouvelle greffe pénétrante (rejet, récupération visuelle lente, changement réfractif, glaucome, etc.).)

 

 

Œdème cornéen sévère due à un échec de kératoplastie pénétrante.

 

Restauration complète de la transparence cornéenne et de l’œdème après DMEK suivant une kératoplastie pénétrante.

 

Image lampe à fente une semaine après une DMEK suivant une kératoplastie pénétrante. La transparence étant complètement restaurée.

  • DMEK sous une DLEK (Deep Lamellar Endothelial Keratoplasty) :

Pour les patients présentant un dysfonctionnement endothélial ainsi que des cicatrices stromales postérieures avec un stroma antérieur sain, les techniques de greffe DLEK assistées par laser femtoseconde et DMEK peuvent être combinées afin de restaurer la transparence de la cornée et la vision tout en évitant la kératoplastie pénétrante .

 

Kératopathie bulleuse pseudophaque et cicatrices stromales postérieures dues à une endothélite causée par le virus de la varicelle et du zona (PCR +) après la chirurgie de la cataracte.

 

Restauration complète de la transparence et de l’œdème cornéen après une greffe cornéenne secondaire au retrait du stroma postérieur cicatriciel par une technique DLEK assistée par laser femtoseconde.

Un OCT à haute résolution tel que le MS-39 est un bon outil pour tout chirurgien cornéen. Sa haute définition permet un diagnostic précis, une planification chirurgicale et un suivi postopératoire de tous les troubles cornéens.

La faible épaisseur des greffes en DMEK les rend pratiquement invisibles pour le chirurgien. Dans ce cas précis,  l’utilisation de l’AS-OCT est intéressant  dans la prise en charge postopératoire de tels patients.

Share:

Des questions ?

N’hésitez pas à nous contacter. Un conseiller vous répond du lundi au samedi de 8h00 à 18h00.

Prendre contact